Logo-Admin
 
Venez nous retrouver !

26 mai 2020 : La Madeleine (59)

31 janvier 2020 : Villeneuve d’Ascq (59)

21 novembre 2019 : Carhaix (29)

19 novembre 2019 :  Quévert (22)

18 septembre 2019 – Ploufragan (22)

18 et 19 juin 2019 : Carvin (62)

15 mars 2019 : Harnes (62)

12 mars 2019 : Tréguier (22)

11 mars 2019 : Ploumilliau (22)

20 octobre 2018 : Saint Denis d’Anjou (53)

22 mai 2018 : Bégard RPAM GP3A (22)

16 mai 2018 : St André-lez-Lille Association CAP (59)

27 janvier 2018 : MJC du pays de Quintin (22)

14 décembre 2017 : Lille Multiaccueil Les Babeluttes (59)

 

 

 

 

 

 

 

 

Libre ! Et pas tout seul
Bonjour,

Aux explorateurs, découvreurs, et gigoteurs passionnés…

parents, professionnels, ou enfants !

 

La Motricité Libre, comment en parlons-nous ?
Un spectacle (45mn)

Deux femmes se questionnent, elles cherchent, elles sont passionnées par leur sujet, « la motricité libre », mais par quoi vont elles commencer ? Et déjà, c’est quoi exactement leur sujet ?
Elles racontent le développement psychomoteur de l’enfant par la liberté de mouvements. Elles mettent en jeu le bébé, l’adulte et leur relation intime.
Dans le public, nous nous reconnaissons en tant que parents, nous écoutons les questions soulevées par les deux comédiennes, nous sommes touchés par cette fragile et constante envie de faire du mieux qu’elles peuvent…

Le spectacle apporte quelques connaissances essentielles, mais surtout suscite des questionnements, des pistes de réflexion, afin que les échanges qui suivent puissent être riches, voire constructifs.

 

crédit photo Didier Peron

Des échanges (prévoir au moins 1h)

Ce temps permet d’aborder ce qui a été présenté durant le spectacle, ou de simplement partager nos points de vue.
Nous tenterons de répondre aux questions posées en nous appuyant sur nos expériences et connaissances.
Ces échanges sont une invitation à une « croisée des regards », avec une possibilité pour que les participants puissent se questionner sur leurs pratiques, leurs freins, leurs doutes, dans le contexte professionnel ou dans le cocon familial.

Crédit photo Didier Peron

Extraits du spectacle

« Reconnaître le bébé comme un partenaire actif nous invite à tenter une autre posture.
Plutôt que de faire, plutôt que d’avoir recours à des choses, essayons d’être présent avec l’enfant. Tentons de partager ce que l’on ressent.
Prenons le temps de sentir, de reconnaître, de nommer.
Prenons le temps d’être avec l’enfant tel que nous sommes mais aussi tel qu’il est.
Si l’on fait ça de plus en plus souvent, nous devenons plus habile dans cette présence à nous-mêmes et aussi nous vivrons plus calmement les situations quotidiennes. »

– Dis donc, Céline, tu ne crois pas que tu en fais un peu trop là ?
      – Si, mais c’est drôle !
– D’accord, mais enfin, ça n’arrive pas tous les jours, le chien, le courant d’air, le parc, l’alarme, …
      – Ah oui, d’ailleurs, tu as mis un parc toi ? Et elle en dit quoi Emmi Pikler du parc ?
– Eh bien… Emmi Pikler n’est pas très favorable au parc, elle trouve que ça limite l’exploration de l’enfant…
      – Ah mais alors… ? Qu’est ce qu’on doit comprendre ? Parc ou pas parc ?!?
Calendrier de création

Du 4 au 8 juillet 2016 : Escouto Can Plaou, Camlez (22)
Du 8 au 12 aout 2016 : Domaine du Denais, St Denis d’Anjou (53)
Du 16 au 20 décembre 2016 : Domaine du Denais, St Denis d’Anjou
Du 22 au 26 janvier 2017 : Escouto Can Plaou, Camlez
Du 23 au 28 mai 2017 : Lille (59)
Du 1er au 4 juillet 2017 : Escouto Can Plaou, Camlez et sortie de résidence publique.
Du 24 au 27 octobre 2017 : Quintin MJC
Sortie  décembre 2017.

Quels sont les objectifs pédagogiques ?

LIBRE ! Et pas tout seul se propose de :

Faciliter les liens adultes-enfants :
Nous sommes invité à regarder le monde de l’enfant, pour réfléchir à une compréhension de ce qui lui est favorable pour grandir. L’adulte, le parent, a la responsabilité de cet environnement pour cet enfant, grâce aux liens d’affection qui tissent leur relation. La qualité d’ajustement, montrée comme un jeu à la fin du spectacle, est une invitation à nouer des liens empreints de confiance et cependant toujours à affiner.
Faciliter les liens, c’est reconnaître qu’ils s’ajustent dans un changement permanent.

Mettre en valeur les compétences parentales et professionnelles :
La forme artistique, ludique et vectrice d’émotions, a la qualité de pouvoir permettre à chacun de se projeter et de s’identifier à ce qui lui est possible. Chacun y trouve ce qu’il y cherche déjà, ce qui est accessible à sa compréhension. En ce sens, parent ou professionnel a d’abord accès à son propre système de référence éducatif. Eventuellement, il peut se sentir bousculé dans ses représentations. Mais cette possibilité de remise en question est issue d’un cheminement personnel, à travers un éprouvé émotionnel dans lequel l’on se reconnaît, où l’on s’interroge. Elle n’est pas imposée à travers un discours qui donne à entendre des solutions toutes faites.
C’est en échangeant avec d’autres, ensuite, qu’il est possible pour chacun de croiser les regards, être entendu et reconnu dans ses propres valeurs éducatives, et de s’ouvrir à d’autres possibles, d’autres modèles de comment faire, et surtout comment être avec son enfant.

Être un moyen d’échange entre parents et professionnels au sujet de l’enfant :
En nous rassemblant autour d’une proposition pédagogique qu’est la motricité libre.
Néanmoins, La forme pédagogique de ce spectacle se propose de s’inscrire dans la lignée de la pédagogie active/coopérative où l’apprenant expérimente ses savoirs, les exprime, et façonne ses connaissances par lui-même afin d’en extraire des compétences nouvelles.
« Quand le phénomène de communication entre l’esprit de l’enfant et l’objet est survenu, et que quelque chose de réel attire son attention, nous pouvons dire que le processus s’est enclenché, et que tout le reste suivra sans qu’il soit presque besoin d’intervenir ».
Ce que Maria Montessori nomme ici pour l’enfant est valable pour tous, quelque soit l’âge.
Aussi la forme théâtrale est un moyen direct pour entrer en contact avec les « objets d’expérience », les « objets à connaître », car il fait appel au monde du sensible, du réel sous les yeux, dans une tranche de vie.
Ici la forme théâtrale suscite les émotions et soulève des questions : elle n’apporte pas de réponse car elle est un « spectacle de questions ». Cette scénette théâtrale s’invite comme un support de réflexion pour les échanges à suivre.
Le deuxième temps est aussi accompagné par les comédiennes, de telle sorte que les ressentis, les interrogations, les remarques, les réalités du quotidien au sein des familles et des cadres professionnels soient évoqués ensemble et rassemblés autour du sujet qu’est l’enfant.
Les spectateurs se prennent au jeu à leur tour.
Aussi l’échange se réalise d’abord en petits groupes pour que la prise de parole puisse être facilitée, avant un grand échange collectif.

Être un outil de lien social :
Car il s’inscrit d’abord sur des territoires bien connus par les intervenantes : les parents et les professionnels qu’elles rencontrent dans les foyers, les ateliers et les formations qu’elles animent, aussi diversifiés soient-ils, sont amenés à se retrouver lors de cet évènement.
Leurs interventions autant dans les milieux de la prévention que du soin, dans le secteur privé ou public, au sein même des familles,  permettent une communication à un public diversifié et large.
Le spectacle s’inscrit dans un projet plus large qui vise à soutenir les liens enfant-parent et créer du lien entre les lieux d’accueil et les parents. En effet, les intervenantes, dans leur domaine respectif du cirque adapté et de la psychomotricité, mènent des ateliers enfants-parents et enfants-assistantes maternelles ainsi que des actions de formation auprès de différents professionnels en lien avec les parents et les enfants (pédiatres, professionnels de lieux d’accueil familiaux ou collectifs, travailleurs sociaux, enseignants, professionnels de l’animation…).
Le spectacle, en plus d’ateliers et/ou de journées de formation, est l’un des outils qui peut être proposé selon les objectifs et le cadre de la structure d’accueil.

Un fondement pédagogique : La motricité libre selon Emmi Pikler

Emmi Pikler (1902-1984) est une pédiatre hongroise connue pour avoir fait de la pouponnière de la rue Lòczy, à Budapest, un lieu précurseur pour les jeunes enfants qui y furent accueillis à partir de 1946.
A partir d’observations rigoureuses, elle construit une pédagogie particulière en mettant en place un environnement qui permet aux jeunes enfants de se mouvoir librement.
Chaque enfant est reconnu comme un être doué de sensibilité et capable de s’appuyer sur ses compétences, que sa confiance dans l’adulte révèle.
En effet, alors que s’impose l’idée que l’enfant est sujet, Emmi Pikler montre que l’on peut avoir une confiance absolue dans ses capacités et ses ressources à grandir. L’enfant va  pouvoir déployer le potentiel qu’il a en lui en fonction de ce qui l’entoure : le milieu humain et l’environnement  matériel.
La motricité libre est une attitude qui se pense et s’expérimente au quotidien, en laissant à l’enfant le temps de faire les choses, en lui permettant de coopérer… L’adulte doit apprendre à s’ajuster.
Nous constatons ainsi que l’enfant libre de ses mouvements traverse toutes les étapes de son développement psychomoteur selon un ordre précis, et selon un tempo qui lui est propre. Cette liberté d’action lui apporte un sentiment d’accomplissement et de sécurité.
Aujourd’hui, le travail et la recherche réalisés à l’Institut Pikler-Lòczy (à Budapest, et de part le monde) sont des sources fécondes pour une qualité d’observation du jeune enfant et des pratiques de soin.
Ils permettent d’avoir des repères pour que soient reconnus les rythmes d’évolution, qui respectent un développement psychomoteur harmonieux.
Par ailleurs, l’importance donnée à la relation replace l’enfant et l’adulte dans une réciprocité à ETRE, et pas seulement à FAIRE, ensemble. C’est sur cette pierre d’angle que se forge la confiance mutuelle.
La pouponnière est aujourd’hui transformée en multi-accueil, pour les jeunes enfants et leurs parents, et reste un lieu vivant de formation des professionnels de la petite enfance et de la famille.

En travaillant sur ce sujet, en jouant, en parlant, nous nous sommes rendues compte que l’essentiel était de partager une grande diversité de manières de penser et de faire pour et avec l’enfant.
Evoquer la motricité libre nous permet d’approfondir une approche respectueuse du développement psychomoteur et psycho-affectif de l’enfant.
Nous abordons aussi les attitudes de l’adulte face à l’enfant, l’ajustement permanent et parfois difficile que l’on tente de faire au quotidien.
Pour aborder tout cela, il nous a semblé préférable de jouer avec nos contradictions, afin de tenter de représenter « de l’intérieur » ce que les parents et les professionnels peuvent vivre, et de proposer des ouvertures à d’autres possibles.

Qui sommes-nous ?
Anne Bénézech : Jeu
Psychomotricienne, formatrice
Après un DEUG de Lettres modernes et Arts du Spectacle, c’est en tant que comédienne, durant une dizaine d’années, qu’elle découvre la palette d’expressions et le sensible du corps.
Interpellée par l’accompagnement et le « prendre soin », elle décide de se former et reprend des études : elle obtient son diplôme de psychomotricienne en 2008.
Alors jeune mère, elle s’oriente vers l’accompagnement des jeunes enfants et de leurs parents.
C’est ainsi qu’elle intervient d’abord dans des lieux d’accueil de jeunes enfants à Roubaix, puis se consacre à l’accompagnement thérapeutique de mères et leur bébé au sein de l’hôpital de jour « l’Oiseau Lyre », au sein du service de pédopsychiatrie de l’hôpital Saint Vincent de Paul à Lille.
Plus tard, animée à l’idée de transmettre et échanger, elle devient formatrice en 2013 en travaillant à l’association Colline-ACEPP, dont elle partage les valeurs depuis son engagement à l’association parentale qui gère le multiaccueil de son village. Elle rencontre ainsi des professionnels petite enfance du réseau associatif des crèches et multiaccueils du Nord – Pas de Calais.
Aujourd’hui installée en indépendante, elle poursuit les actions de formation auprès des professionnels de la petite enfance sur les Hauts de France. Elle enseigne également à l’Institut de Formation des Psychomotriciens de Loos (59), et à l’Institut Régional du Travail Social (59).
Par ailleurs, en plus de l’accompagnement thérapeutique en cabinet à Péronne-en-Mélantois (59), elle intervient auprès des enfants, des parents, des équipes de professionnels dans des lieux d’accueils collectifs ou des relais assistantes maternelles, et y anime des ateliers.
Céline Glossin : Jeu
Animatrice de cirque adapté et formatrice.
Elle obtient son Bac littéraire en 1994.  Elle travaille régulièrement auprès d’enfants en tant qu’animatrice et suit en parallèle une formation d’art dramatique. Le croisement de son intérêt pour la pédagogie et pour le spectacle vivant l’amène progressivement à l’enseignement des arts du cirque.
Titulaire d’un Biac en 2000 (Brevet d’Initiateur aux Arts du Cirque), et formée au cirque adapté, elle encadre pendant 3 ans des ateliers au Centre Régional des Arts du Cirque de Lomme (59).
C’est ensuite, lorsque ses enfants vont à la crèche qu’elle découvre la motricité libre. Cette approche va influencer ses attitudes de maman, et teinter progressivement ses pratiques professionnelles.
En 2009, elle s’installe en Bretagne où elle crée son activité. Elle anime des ateliers cirque dans des secteurs variés tels que le scolaire, le loisir, la formation professionnelle, le soin ou la réinsertion.
Depuis 3 ans, elle propose des séances auprès des Relais Parents Assistantes Maternelles et des crèches afin d’aborder la motricité libre de manière ludique en utilisant le cirque comme outil. Les ateliers pédagogiques qu’elle propose en amont de ces séances participent à la professionnalisation des assistant-es maternel-es à travers un temps d’expérimentation et de réflexion.
Aujourd’hui, elle continue de nourrir son métier au fil d’expériences variées : stages de clown, créations de spectacles, coordination de projets…
Sa pratique s’oriente naturellement vers la scène, où la transmission des pratiques pédagogiques tient une place importante.
Emilie Bonnafous : Mise en scène et dramaturgie.
Après un baccalauréat littéraire, spécialité théâtre, elle suit une formation d’artiste de  cirque professionnel au Lido à Toulouse (31). C’est là qu’elle s’initie au travail du clown. Elle découvre presque par hasard l’écriture qui lui permet de transformer son regard sur les difficultés de la vie. Elle crée une compagnie «Nez4c» dans laquelle, de 2006 à 2011, elle développera son propre regard d’auteur et de metteur en scène autant dans les créations dans le spectacle vivant que dans la pédagogie en partenariat avec le Théâtre/scène nationale de Narbonne.
Elle écrit trois pièces de théâtre. Chacune d’elles traite d’un sujet grave : l’inceste, la séropositivité et les violences conjugales (commande de la CAF de l’Aude). Elle met en scène l’une d’entre elles : Ou peut-être une nuit. En parallèle, elle suit une formation sur 3 ans d’art thérapeute à Montpellier (34). Elle donne des ateliers et des stages de clown pour adultes depuis 2005.
Quand elle rencontre Sébastien Armengol de la compagnie Galapiat cirque, elle part très rapidement dans le convoi avec lui et toute la compagnie Galapiat. Elle écrit alors sur l’itinérance, le quotidien restant toujours le point de départ de ses réflexions.
En 2015, elle écrit « Wagabond », un conte pour enfants illustré par Lucie Plessis, et co-édité par la maison d’éditions Le moustier.
En 2015/2016, elle écrit et met en scène un spectacle porté par Galapiat-cirque « C’est Quand Qu’on Va Où !? » destiné au jeune public.
Elle est mère de 2 garçons. Elle participe de plus en plus à des projets qui questionnent la parentalité, la place de l’enfant et son monde imaginaire.
Contact

Références utiles

Bibliographie

Fiche technique du spectacle

 

Pour aller plus loin…

Sur le jeune enfant et la motricité libre

Le site de Céline

L’association Pikler France

Bougribouillons

ASBL Etoiles d’herbe

Albert Coeman

 

 

Vers des sites amis

Le super endroit où s’est créé le spectacle

Site de notre graphiste préféré ATSU